Aller directement à la navigation

Ouverture au Pic Sans Nom

Mai, 2011

Le 16 et 17 Mai 2011, nous avons ouvert une voie d'escalade dans La face WNW du Pic Sans Nom. La voie se nomme "T'y as mis un bon piton ?", 350m ED- 7a, 6c obligatoire. Romain Hocquemiller et moi avons mis deux jours pour parcourir les 350 m de l'itinéraire. Nous sommes parti tardivement, à environ 6h du Pré de Madame Carle. Les forts vents d'altitude (80/90km/h à 3000m) et le froid (-1°) nous y obligeant. Ce projet avait mûri suite aux deux échecs successif à la répétition hivernale de "l'éloge de la fuite", l'un l'hiver dernier avec Robin Revest pour cause de gelures à la vire Chapoutot. Puis un autre cet hiver sur le glacier noir toujours avec Robin et Yann Borgnet, échec de mauvaises conditions dans la face(10cm de poudre sur la voie, et la seul chute de neige de l'hiver ;-) ).

I will be Back! Borné m'a t-il souvent dit le Deluze ! Le 15 mai tout chaud arrivé de Paris, en préparant nos sac sur le parking je suis froid et anxieux lorsque je vois le froid et le vent qu'il fait ! J'ai la trouille Romain me demande "Mais c'est souvent que vous avez peur quand vous allez en montagne avec les potes ?" Je suis donc un trouillard… Je suis aussi très obsédé par ce Pic. Romain en est à ses début alpinistique, il a fait sa première goulotte cet automne en Belledonne. Cela ne favorise pas la réussite du projet, mais cet ami est talentueux malgré son inexpérience.

Il y a beaucoup de facteurs aggravant et favorable à l'échec… Dans ces conditions il est donc facile de renoncer si "on ne le sent pas". Et ce glacier du coup de sabre ? De gros séracs, des crevasses mangeuses d'homme. J'ai la trouille… Je serai confiant une fois sur le rocher…

Un très beau trio, le pic sans nom à gauche, son épaule et le pic du coup de sabre à droite. Les séracs ne sont pas très agréable cette année, il y a de beaux wagon au pied de celui-ci. plus haut les crevasses ne sont pas plus accueillantes.

Romain à l'approche. Si vous observez notre corde, vous verrez que nous avons opté pour un double encordement. Une corde avec des noeuds pour freiner la chute en crevasse et une corde utilisée pour l'auto sauvetage/sauvetage crevasse. L'expérience du lieu me fait dire que cette zone du glacier noir est vraiment mauvaise et piègeuse, ici on peu se trouver à deux en même temps sur deux ponts de neige fragile.

Romain dans la première longueur en 3+.

Romain attaque la zone de mixte inférieur. Sur ces pentes il faut se méfier des chutes de pierres, il y a d'ailleurs quelques cratères vestiges… La facette est vraiment impressionnante !

Romain attaque la première longueur dure. Un 6a+ magnifique en cheminée, le rocher y est excellent.

Romain dans une longueur en 5 sous la vire Chapoutot. La luminosité baisse et les couleurs sont vives. Du régal !

Juste sous la vire Chapoutot je grimpe une très belle longueur en 6a

Au bivouac dans une face WNW, le couché de soleil est remarquable. Comme me l'a déjà dis l'ami Olivier François, grimper à ce moment là de la journée est très agréable.

Romain grimpe une longueur délicate à négocier. On l'a nommé Rubiks cube, au départ de la longueur tous les blocs bougent, il suffirait de tirer sur le mauvais bloc pour que tout tombe avec le grimpeur, les 10 premiers mètres sont horribles ! Pour la suite de la longueur le rocher est excellent et c'est magnifique à grimper.

La face est vraiment raide ! Ca donne le vertige.

Cette longueur en traversée aura été difficile, exposé et engagé. Le premier bon point qui protège le relais est un piton à 5 mètres en traversée. Il y a ensuite des pas d'escalade tout en finesse au cheminement astucieux dans un mur compacte, réfractaire aux coinceurs et pitons. Puis cela ce protège à nouveau mais dans des écailles branlantes… La seule bonne protection de cette longueur sera ce fameux piton. t'y as mis un bon piton?

En à peine une demi heure, à peine le temps que Romain en finisse avec la traversée en 6c/7a. Il se met à neiger, le ciel se charge fortement. Les dalles en 4 de l'arête WNW sont platré, cela devient difficile. Au relais dans le nuage tout le matériel métallique ce met a me picoter comme si il était chargé en électricité statique….quelques abeilles… On essaie de se protéger. 20 minutes de réflexion, on repars.

Une heure pour faire 30 pauvres mètres. Romain bien frigorifié et inexpérimenté au relais avec tout ses doutes me demande si c'est raisonnable de continuer pour ce sommet. Au fond je sais bien qu'il a raison, Mais il faut que j'aille au Top de cette montagne. J'ai aussi mes doutes. le nuage va t il se lever? un emplacement de bivouac convenable? en 1h30, 10 cm de neige fraîche sur le rocher. La météo de demain? et si l'orage éclatait? 260m pour le sommet? du 5 platré à grimper? un novice, et les sacs de hissage très lourd?

La rage, la colère d'être ici et encore une 3eme fois d'échouer pour ce sommet. Le lendemain en redescendant du glacier noir, au prés de Mme Carle nous croiserons Deluze et Tough ceux-ci nous dirons que les nuages depuis Céuse étaient orageux et que la météo tourne au mauvais pour les jours à venir. La décision fut raisonnable. Un échec de sommet et une réussite d'ouverture, c'est assé étrange.

Romain a la forme malgré le mauvais temps.

Un Kurde énervé pour son 3eme échec.

On les aimes ces couchés de soleil!

T'y as mis un bon piton???

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet d'éviter le SPAM. En répondant à cette question, vous prouvez que vous êtes un humain et pas une machine !
Fill in the blank.


Menu principal 2

Theme by Dr. Radut Consulting - Modified and hosted by Outils-Conviviaux