Aller directement à la navigation

Histoire d'Ailefroide et Randonnée en Queyras

Février, 2012

Histoire d'Ailefroide et Randonnée en Queyras

Avec, Robin Revest chaque hiver nous bloquons une période pour aller grimper en montagne. Lors de ces créneaux ils faut que toutes les conditions soient réunis pour mener à bien le projet, météo, conditions de la montagne, forme physique et forme mentale. Lorsque je parle de mentale, le grimpeur lorsqu'il s'engage dans un projet d'envergure il a intérêt de bien connaitre les raisons pour lesquels il s'engage dans l'ascension. Il ne doit pas douter avec lui même et faire preuve de solidité. Si il y a des doutes sur les raisons pour lesquels il se trouve là, rien ne sert de continuer. C'est perdre du temps pour rien.

Tout commence ce lundi 20 fevrier 2012, Tout frais descendu de Paris à la Grave. Avec mon cher ami Deluze qui vient d'empocher son Aspirant guide 2 "ski de montagne", nous partons pour reperer les hors piste de la Grave que nous connaissons peu. En Mars j'ai prévu 3 jours de ski hors piste avec des clients Parisien du club d'escalade de Roc14, je souhaite être calé sur les descentes que je leurs proposerai. Et bien c'est pas du super ski! Tout est glacé, les couloirs ne font pas envi car ils sont dangereux, la moindre glissade même dans une pente peu raide peu se terminer en un résultat peu appreciable pour ces riders de l'extrème. En deux saison deux collègues en ont fait les frais, mon ami Olivier Bernade 25 aspirant guide décèdé dans le "pan de rideau" en allant au Rateau l'année dernière, il a glissé dans la traversée exposé. Matthieu Morelli 30 ans Guide de haute montagne avec son client sont décèdé la semaine précédente dans le couloir de la "voute". Je me demande bien ce que je vais leur proposer à mes clients? Si il ne neige pas à nouveau on risque de vite faire le tour de ce lieu hors du commun, où les descentes lorsqu'elles sont en bonne conditions sont inoubliables.

Après avoir skié les pentes de chaque vallon nous skierons en fin de journée le couloir de "l'orcière" non sans quelques biscuitage d'itinéraire (nous étions partis pour la "voute" au départ). Je n'enmenerai donc personne dans ces couloirs si il ne reneige pas c'est trop glacé et trop limite pour les skieurs que j'aurai dans 15 jours.

Deluze au "TOP" avant "l'orcière", Ca envoi du lourd l'aspi 2.

Deluze à l'attaque de "l'orcière"

Un peu de belle neige

Ailefroide

Lundi soir Robin me rejoint. Nous avons pour projet la face nord de l'Ailefroide qui mesure 1100m de haut. Nous souhaitons grimper la voie "des plaques" 1100m, M6/5+/A1. J'ai déjà grimpé cette face Par la voie historique "Devies Gervassuti" avec Olivier Bernade au cours de l'été 2009, nous l'avions avalé en 7h30. Là ce n'est pas la même histoire, en hiver si nous arrivons à la grimper en une grosse journée ce sera super! Nous partons le mardi matin pour monter au refuge de Temple Ecrins. La route d'hiver s'arrête à Champhorent. Nous avons donc parcouru les 11 km de vallon enneigé pour rejoindre le refuge. Déjà nous sentons bien la fatigue dans les pates des longues bambés des écrins. A chaque fois je comprends pourquoi il n'y a qu'une poignée d'initiés qui viennent ici. La non présences des téléphériques ça puise dans les réserves.

L'histoire se passera finalement ainsi, apres un départ matinal, 3h du matin, un bouchon de neige récalcitrant, des petits joueurs de dalles rocheuses lisses, un échec dans la voie des plaques , puis un Robin surmotivé qui me booste, une tentatives pour la voie Grassi.

Je stopperai le jeu au cours de la monté du glacier Long, la Grassi en ligne de mire. Je ne n'ai pas la tête qui suit en ce moment je suis épprouvé moralement, le mal au coeur surement… Je n'arrive pas à donner dans ce que je sais faire de mieu. Pas l'âme d'un tout fort. A ce même moment Stephane Benoist artiste alpiniste au sommet de son Art est dans la 4eme dimension lors de l'ascension de la voie Cassin menant à la pointe Walker en face nord des grandes Jorasses. Il y guide son client Johan . Ils y ont même affronté des vents de 90km/h dans la face! En tout cas Félicitations à toi! Voilà pourquoi je disais qu'il faut savoir pourquoi on s'engage dans des projets de tel ampleur. Il faut avoir l'esprit libre être totalment concentré sur la tâche à accomplir.

Imagines nous sur le glacier Long le cul dans la neige, Robin et son frère de cordé qui chiale près de lui. Robin pas un mot et juste le regard réconfortant, la montagne hivernale appesante calme, silencieuse. Je lui dis que je suis heureux, heureux d'être ici dans ce milieu de haute montagne où on se sent si bien. Où on se sent vivre, respirer, le corps parle de lui même le plus naturellement. Il comprend que je n'y arrive pas, il respecte ça. Merci Rob!

Nous commençons par cette photo de début de projet, Champhorent lieu où notre voiture de rallye n'ira pas plus Haut. Nous continuerons à ski de randonnée pour 11km de fond de vallée.

Ici la poste ne passe plus pendant 7 mois d'hiver.

La montagne nous rappelle qu'ici il y a de très grosses avalanches. Elles sont peu nombreuses cette année.

En route pour la très belle montagne aux allures himalayenne en toile de fond.

Notre logis pour la nuit croulant sous la neige.

La voie des plaques que nous souhaitons gravir remonte les 2 plaques de glace sur le centre de la face. La voie commence par un socle raide de 3 longueurs qui permettent de rejoindre la première plaque. Puis un ressaut de 6 longueurs raide et difficile de 300m permet de rejoindre la seconde plaque qui aboutit sous le sommet des Ailefroides.

Robin A l'approche de la paroi convoité.

Votre narrateur qui y croit encore (il y a de la glace).

Alors là il commence sérieusement à avoir des doutes à la vue de la taille du bouchon de neige éffrayant. La solution sera de creuser une galerie à l’intérieur de cet édifice instable sans protection. Après une heure de travail, 3m de dénivelé dans la galerie de neige inconsistante, un équilibre précaire, et la sensation que la gravité terrestre ressenti se fait forte, une chute dans la rimaye ne sera pas appréciable et faire tomber l'édifice avec soi ou sur son compagnon de cordé n'est pas non plus raisonnable. Il redescend et pas joyeux. Une autre solution? attaquer les dalles de la Devies Gervassutti? Là ça fonctionne déjà plus dans la tête, I want to go back home… Perdition sur le glacier Long pour la Grassi Snifff.

Alors la s'en est fini

Ciao

Ski en queyras

Pour changer d'ambiance, c'est ski de randonnée dans le queyras! Avec des amis de Paris nous avons fais 2400m de descente pour 1168m de monté. J'adore ces randonnées où on descend plus qu'on ne monte c'est un bon ratio. Nous sommes partis du sommet des remontés mécaniques de st Véran à la Cime de Combe Crose pour descendre dans les bois de grand clos, puis le Pic du Fond de Peynin à la montée, à nouveau une belle descente, une remonté à la Lune Ronde pour une descente sur Abriès. Ca c'est du ski panoramique! C'est génial car on traverse des vallées formidable à ski, le temps prends ici une autre mesure, c'est comme si il s'arrêtait.

La montée à pic de Fond Peynin versant sud bien déneigé en février! L'enneigement cette année est déficitaire sur le queyras. en toile de fond notre première descente depuis St Véran.

La neige est parfaite à la descente du Fond Peynin

La montée à la Lune ronde est juste extraordinaire, nous évoluons dans des décors digne des dessins de Samivel, le rêve prend forme.

Et Heureux à la Lune Ronde !

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet d'éviter le SPAM. En répondant à cette question, vous prouvez que vous êtes un humain et pas une machine !
Fill in the blank.


Menu principal 2

Theme by Dr. Radut Consulting - Modified and hosted by Outils-Conviviaux