Aller directement à la navigation

Mont Jeffers (expé Alaska)

Mercredi 11 Avril 2012 - Mont Jeffers échec 750m M6/5+ (R? X?)

Le premier jours de grimpe, avec Dimitri et Zsolt, nous nous sommes lancés à l'attaque du Mont jeffers et de son couloir central. Antoine, Olivier et Jo se sont lancés à l'attaque d'une voie déjà gravie, Philippe et Thomas iront ouvrir une voie sur un pic inconnu.

Le mont Jeffers, ce fut la claque en guise d'échauffement! Le matin après quelques hésitations nous nous sommes lancés dans l'ascension du couloir. Apres quelques biscuitages en M6 dalle, nous sommes bel et bien dans la voie. Entre chaque pente de neige, les ressauts raides sont grimpants. En bon second, je me fais cogner dans les longueurs. Pour une "pente de neige" ou "voie de descente" dixit certains émérites grimpeurs, c'est pas de tout repos, c'est même bien dur. En arrivant à mon tour de grimper au pied de murs verticaux en neige, tout penaud, mes everests aux pieds pas guerriers du tout, je céderai ma place à Dimitri dans une longueur Run Out. Heureusement qu'il y avait un vrai grimpeur dans cette équipe! En redescendant de cette voie, nous nous sommes dits qu'il allait falloir se méfier des lignes d'ascensions à choisir, il n'y avait quasiment pas de glace.

Zsolt dans la première longueur M5.

Zsolt dans un ressaut de neige raide grade 4.

Dimitri à l'oeuvre dans la dite longueur crux de la voie cotation 5+ Run Out/X. Au maximum de l'engagement . La traduction : retraite problématique dans la longueur ( R : issue de secours uniquement vers le haut et X : chute très douloureuse). Dimitri pour moi c'est un grimpeur alpiniste d’exception. Tout d'abord au niveau humain, car grimper avec lui c'est avant tout partager un moment de vie, une aventure humaine avant l'aventure sportive. Il est à l'écoute de ses compagnons. C'est aussi un performeur très discrèt qui mène son chemin de grimpeur/alpiniste de haut niveau parfaitement. En escalade il fait aussi des 8c+… merci à toi Dimitri pour ces 20 jours partagés avec toi.

Toujours dans le même style d'engagement mais plus facile 4+, 1 point 8m au dessus du relais puis rien jusqu'au relais suivant. La longueur fait 45- 50m ! la neige/glace était tellement fine qu'à chaque coup, les piolets tapaient la roche. Par endroits, la couche de ce support sonnait très creux et ne dépassait pas les 2-3cm d'épaisseur, à bout de souffle nous assurions Dimitri dans cette longueur psycho, délicate.

Dimitri au cours de cette folle envolée. De maudits rayons de soleil chauffent cette éphémère structure et la rendent encore plus instable!

L’échec arriva au cours de l'ascension de cette très belle voie lorsqu'à 19h nous nous sommes interrogés sur les suites à donner à l'ascension. Nous n'avions pas de matériel de bivouac, les nuits étaient très froides à cette période. -20 degré la veille. Il nous restait 3 longueurs dures à grimper dans la cheminée terminale pour un total de 250m. Bientôt la nuit. La montagne est très raide et nous allons redescendre 900m en rappel par l'itinéraire de montée, de nuit. Si nous continuons à grimper, à la descente dans le noir nous laisserons beaucoup de pitons pour sécuriser encore plus la descente. Il est hors de question de s'exposer à une descente périlleuse. Nous n'en sommes qu'à la première ascension de l'expédition, si nous plantons tous nos pitons dans la descente, nous n'en aurons plus pour le reste de séjour. Après de nombreuses hésitations et discussions Dimitri tranche, nous descendons, et au final nous y laisserons 3 pitons! Dommage…



Menu principal 2

Theme by Dr. Radut Consulting - Modified and hosted by Outils-Conviviaux